PromesseS utilise des cookies pour vous offrir le meilleur service possible. En continuant votre navigation, vous en acceptez l'utilisation.

A l’occasion des Journées de la Schizophrénie (JDS) qui ont eu lieu cette année du 16 au 23 mars, sur le thème « Tout débute par une connexion » PromesseS a participé au hackathon dédié à la santé mentale organisé à Strasbourg par Realmind.


Un hackathon qu’est-ce que c’est ?

Ce terme est constitué de hack et marathon ; les organisateurs réunissent développeurs, généralement organisés en équipe, par ou autour d'un ou plusieurs porteur(s) de projet avec l’objectif commun de tester une idée et de produire un prototype d'application en 2 ou 3 jours ; l'équipe gagnante est généralement désignée par un jury à l’issue du temps imparti. A Strasbourg, cet événement réunissait des acteurs de la santé (professionnels, usagers, proches, associations), des technologies, du design et de l’entrepreneuriat.


Le projet # 26 « L’intelligence artificielle au secours de la schizophrénie » a été déposé par Pierre Belardi, membre du Conseil d’administration (CA) de PromesseS. Il est allé le défendre avec succès à Strasbourg du 22 au 24 mars avec 4 autres membres de notre CA, puisqu’ils ont obtenu à l’issue du week-end le prix « Hacking Health » délivré par les organisateurs.

Capture décran 2019 03 28 à 09.29.55Le projet #26 – De quoi s’agit-il ?

Il s’agit de créer un outil permettant de fabriquer et exploiter une base de connaissances, à partir des signes relevés par les proches avant la première crise. Souvent, en effet, la schizophrénie est, diagnostiquée et débute à l’occasion d’une première crise qui conduit fréquemment à une hospitalisation, généralement sous contrainte.
Les recherches, les travaux scientifiques, les démarches médicales etc. , tout démarre à partir de cette première crise.
Or, avant la première crise il y a toute une partie de la vie de la personne à laquelle nul ne s’intéresse et qui est pourtant potentiellement riche d’enseignements.

Les proches ont un véritable rôle à jouer dans ce cadre. En effet, suite à cette première crise, et passé le premier choc, ils se remémorent de petits détails qui leur ont paru étranges cours des 5 – 10 – 15 dernières années . Ils les rattachent alors à l’état actuel de la personne et comprennent qu’il s’agissait sans doute de signes précurseurs.

Le projet # 26 consiste à travailler sur ce « C’était donc cela ! », afin de contribuer à la création d’une base de données qui à terme permettrait une meilleure prise en charge précoce, afin d’éviter que les jeunes ne basculent dans la schizophrénie. Elle serait alimentée par les proches, les seuls à connaître dans les détails les plus précis et intimes, la vie de leur proche, avant que la maladie, qui est peut être déjà latente, ne se déclare effectivement.

Cette base et cet outil seraient mis à disposition du monde scientifique, du monde médical, et des personnes qui s’interrogent sur des comportements inhabituels de leur proche (avant tout déclenchement éventuel d’une quelconque maladie).



L’équipe de PromesseS a vaillamment défendu ce projet et a convaincu 4 jeunes professionnels de la santé et de l’informatique de les suivre dans cette démarche. Ci-dessous, l'équipe au complet : Olivier, Benjamin, Claire, Pierre, Mounia, François, Anaïs et Guillemette

Capture décran 2019 03 28 à 10.02.20                                                    

Pin It